lecube    independent art room    rabat - morocco
2017    2016    2015    2014    2013    2012    2011    2010    2009    2008    2007    2006    2005

Identification

Tarik Hamchouz dans le cadre du projet « new generation of art»

15.11. - 23.12.2011

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vernissage mardi, 15 novembre à partir de 18.30h avec une performance de l’artiste à 19h.

A la découverte des jeunes talents, le Cube – independent art room présente le travail de Tarik Hamchouz. L’artiste marocain, né en 1982, vit et travaille entre Casablanca et Benslimane. En 2008 il obtient son diplôme en arts plastiques à l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Casablanca.
Les chiffres comme système de représentation et la frontière sont les thèmes majeurs du dernier travail de cet artiste plein de talent.
La représentation d’un monde infini d’objet à partir de quelques nombres limités des symboles est considérée parmi les plus grandes réalisations de l’esprit humain. Il est difficile d’imaginer la science, la technologie, l’urbanisme, l’existence en générale sans les chiffres. Ils nous accompagnent dans notre vie quotidienne et on ne s’étonne plus de leur graphisme, de leur présence…
Par sa valeur économique et sociale redoutable, la société nous impose un rituel codé, composé de combinaisons numériques dont chaque formule définit un individu quelque part dans le monde: âge, adresse, numéro de carte d’identité, numéro de passeport, numéro de matricule de véhicule, numéro de téléphone, numéro de compte bancaire, numéro de code barre des consommation quotidiennes …etc.
Dans son projet Tarik Hamchouz nous invite à découvrir un monde numéroté, dans lequel nous vivons sans nous en rendre compte. L’artiste met en exergue le chiffre et le présente comme sujet principal et axe de notre vie; il essaie de traduire notre regard limité et de le convertir en chiffres.
La recherche de Tarik Hamchouz est fondé sur de nombreux points d'interrogations autour de l'existence à travers le temps, la définition de l'identité, le hasard calculé et tous les objets et les espaces qui nous déterminent.
Une vision chiffrée sur la vie de tous les jours, une vision où tout compte au sens propre du terme; et un constat comment un simple nombre peut définir un individu, un végétal, une histoire, une évolution, une vie.
Une exposition d’installation mural, vidéo et performance

Visites mardi, mercredi et jeudi 10.30h – 15.30h et sur rdv

 

 

Faciès

Hassan Echair

27.09. - 27.10.2011

 
 
 
 
 
 

Hassan Echair : 27 septembre – 27 octobre

Exposition d'œuvres inédites.
Le travail de Hassan Echair  est comme un après voyage: images, matériaux, signes, objets, flottent et s'enracinent à la fois, imprécis à vue d'oeil, difficilement identifiables comme un ciel renversé. Hassan Echair essaie de capturer le sens pour le transformer en sensations esthétiques.


Vernissage mardi, 27 septembre à partir de 18.30h
 

 

expérimental summer's lab 2011

Jamila Lamrani

01.07. - 15.09.2011

L'Afrique
L'Afrique
La-mariée
La-mariée
La-mariée
La-mariée
La veuve
La veuve
La veuve
La veuve
La veuve
La veuve
 

Summer’s lab 2011 – Jamila Lamrani – work in progress

After the summer it is time for the open atelier!
Dans le cadre du projet de création artistique expérimental summer’ s lab 2011 initié par le Cube, l'artiste Jamila Lamrani a investi l’espace du Cube pendant l’été pour réaliser un projet de recherche, d’expérimentation et de production de photographie et textile.
Le travail accompli marque une première étape de plusieurs  projets internationaux d’exposition :
Deux installations photographiques, la veuve et la mariée, d’une force poétique et fragile surprenantes ainsi que des maquettes pour une installation sonore photographique et une installation murale, toutes les deux caractérisées par un message politique engagé.

Rendez-vous avec l’artiste autour de ces nouvelles œuvres inédites et soutenues par le Cube – independent art room.

Présentation jeudi, 15 septembre à partir de 18.30h

Le Cube – independent art room
2, rue Benzerte, 1er étage
Rabat – ville
Tél: +212 6 51 65 85 61
info@lecube-art.com

 

 

Latitude 34

Malika Sqalli

07.06. - 30.06.2011

 
 
 
 
 
 

Vernissage le mardi 7 juin 2011 à partir de 18.30h en présence de l’artiste.

Malika Sqalli, artiste aux origines croisées entre le Maroc et l'Autriche, présente un premier volet, en images et en écrits, du périple qui l’a amenée de Los Angeles à travers les Etats-Unis à la frontière du Maroc avec l’Algérie le long du parallèle 34.
Latitude 34 devient une attitude.

«Il s agit de mon parcours le long de la parallèle  34, entre Rabat, latitude 34°2’, où je suis née il y a 34 ans, et Santa Monica - Los Angeles, latitude 34° 2′, en réalisant une documentation photographique et écrite, jouant des coïncidences évidentes ou déroutantes, traduisant des chiffres et données géographiques en poésie, en y glissant un soupçon d'émotion.
Une documentation où j'essaie de capturer et d’entrevoir les moments où la poésie s’infiltre, siège d’un charme particulier. Je le trouve souvent dans les fissures, craquelures, cicatrices, lignes du temps et de l’histoire, dans le dialogue et la tension entre l’homme et la nature, la technologie et la tradition, l’ancien et le nouveau.»

 

Terrains de jeux

artiste en résidence Alice Dufour-Feronce

10.05. - 02.06.2011

 
 
 
 
 

Vernissage le mardi, 10 mai 2011 à partir de 18.30h.

Une exposition de photographie fixe et spectacles audiovisuels, transcrit en projection, lu par un narrateur et intertitré par la musique, en partenariat avec l’Institut Français de Rabat et les sessions du Piétri.

Entre appartenance et individualité, à la recherches de rencontres, de relations mais aussi de limites, l’artiste propose son voyage à travers les espaces ludiques et le regard qu’elle leurs porte.

 

Auf Putz – catwalks on surfaces / Parures – podiums in situ

Käthe Hager von Strobele

07.04. - 05.05.2011

installation dans le Cube, photo-collage, Alice Dufour-Feronce
installation dans le Cube, photo-collage, Alice Dufour-Feronce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vernissage le jeudi, 7 avril 2011 à partir de 18.30h.

Une exposition de photographie, installations et travaux à base de textiles en collaboration avec l’Ambassade d’Autriche et l’Istituto Italiano di Cultura Rabat.

Käthe Hager von Strobele compose photographie et installation pour ainsi dévoiler les caractéristiques même de la photographie. Dans sa démarche artistique, elle examine les habitudes humaines, les recompose et les expose à travers les restes, les vestiges, les traces des us et des coutumes. Elle traite la relation entre corps et surface, entre photographie et espace en montrant des objets de la vie quotidienne en transition médiale. L’exposition « Auf Putz » transforme les locaux du Cube – independent art room en surface de projections où de nouvelles textures et images fusionnent avec les corps et le monde extérieur. En nous identifiant à de telles parures in situ, nous marchons quotidiennement sur un « catwalk », un podium, qui fait défiler nos corps vivants le long des surfaces de projection et montre beaucoup plus que le corps lui-même.
Comme si les choses avaient une mémoire, les travaux racontent la vivacité de l’absent, et c’est la contemplation de l’enveloppe qui nous permet un regard plus profond qu’un moment réel mais furtif ne l’aurait jamais pu.
(Roman Widholm et Käthe Hager von Strobele)

 

De l'autre coté du miroir

Amina Benbouchta

02.02. - 15.03.2011

"Mécanique", technique mixte sur toile, 160x140, 2010
"Mécanique", technique mixte sur toile, 160x140, 2010
"Mécanique", technique mixte sur toile, 160x140, 2010
"Mécanique", technique mixte sur toile, 160x140, 2010
"De l’autre coté du miroir", installation in situ, 2011
"De l’autre coté du miroir", installation in situ, 2011
"De l’autre coté du miroir", installation in situ, 2011
"De l’autre coté du miroir", installation in situ, 2011
sans titre, papier froissé, technique mixte, 2011
sans titre, papier froissé, technique mixte, 2011
"Quadrilobe", enseigne lumineuse, 2011
"Quadrilobe", enseigne lumineuse, 2011
"Alice", installation in situ,  2011
"Alice", installation in situ, 2011
"Alice", installation in situ, 2011
"Alice", installation in situ, 2011

De l’autre côté du miroir, un univers étrange et paradoxal s’étire et se déploie entre les murs et le sol.
De l’autre côté du miroir, des créatures lointaines, comme autant de rêves qui échappent à la réalité, côtoient des formes-objets à la fois familières et imprécises.
Une enseigne lumineuse, motif d’un quadrilobe aux contours indécis, palpite au rythme d’un cœur qui bat et donne le signal… Celui d’un danger imminent ou le simple avertissement de l’entrée dans un Ailleurs ?
Et d’ailleurs, d’où vient cette forme, récurrente jusqu’à en devenir symbolique, qui peuple dessins et peintures ? De quelle forme de vie émane-t-elle ? A quoi donnera-t-elle naissance ?
C’est peut-être une cellule en évolution de ce kangourou immaculé qui s’invente reine blanche sur un échiquier rouge… Ou alors un de ces lapins en robe du soir - tout aussi blanc - qui trône en lévitation entre une chaise roulante et un corset médical, entre un bonnet d’âne et un soldat de plomb…
Un corps en devenir, l’embryon d’une possible existence… En tout cas, la pièce d’un puzzle que l’artiste invente, compose et assemble. Installations, dessins et peintures, sont pensés comme autant de jalons, de colporteurs d’absolu, qui flirtent en équilibre fragile entre non-sens, poésie, sclérose et rémission… Des formes blanches, comme rapidement esquissées, qui émergent de fonds gris parfois teintés de couleurs hybrides ; des entrelacs de lignes et de formes rouge sang qui viennent en superposition, à la fois en souligner et en brouiller la perception, et jusqu’à déborder sur le mur et le sol…
Nous sommes entrés dans un univers énigmatique, peuplé de « personnages picturaux », un répertoire de « motifs-objets », de « motifs-êtres » qui parfois s’émancipent jusqu’à sortir de l’espace cadré du tableau ou du dessin. Un univers qui n’est pas sans évoquer celui dans lequel se plonge l’Alice de Lewis Carroll lorsqu’elle se lance à la poursuite effrénée de l’énigmatique lapin en quête de temps et traverse, justement, le miroir… Un monde à la fois onirique et troublant qui semble se composer et s’offrir à nos yeux en même temps qu’on y pénètre et en même temps qu’il nous pénètre...

Florence Renault-Darsi


www.benbouchta.com

 
FE