lecube    independent art room    rabat - morocco
2017    2016    2015    2014    2013    2012    2011    2010    2009    2008    2007    2006    2005

video night #11

Zahra Sebti

01.12. - 01.12.2016

 Jeudi 1er décemvre à 19h

Nissae est une video contemplative de 30 minutes sur le thème du rituel dans la vie d'une femme. Comme une  quête  initiatique une  guide et une initiée traversent des paysages marocains en réalisants sept rituels. Ces rituels symbolisent les étapes de la vie d'une femme : ma condition je suis une fille, mon sexe je suis une femme, ma création je suis une maison, ma destruction je suis une araignée, mon savoir je suis pensée, mon tout je suis vide. Cette pièce a pour volonté de traduire une observation de la féminité de manière introspective; à savoir non pas le construire par opposition à l'homme mais qu'il se ritualise dans la société qui rythme sa vie.  

La réalisation et la direction  artistique  ont été co-réalisés par Zahra Sebti et la céramiste Charlotte Cornaton, auteure des coiffes et des amulettes, en 2012. Le scénario, l'écriture des textes et le montage du film ont été réalisés par Zahra Sebti. La composition  de la bande son originale a été composée et enregistrée par une équipe de 7 musiciens menés par Hamza Bennani Smires, Philippe Melnotte et Farid Bentchakal.  

Pour plus d'information sur le projet rendez vous sur  www.nissae.tv

 

Choses particulières

Leila Sadel

30.11.2016 - 27.01.2017

 
Vernissage de l'exposition
Vernissage de l'exposition
Vernissage de l'exposition
Vernissage de l'exposition
Vernissage de l'exposition
Vernissage de l'exposition
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Résidence du 15 au 30 novembre
Vernissage le 30 novembre à partir de 18h30
Exposition du 1er décembre au 20 janvier 2017

"L’objet est présence, mais il est aussi une absence. Au travers des préoccupations qui alimentent ma pratique artistique, l’objet comme vestige et médiateur d’histoires a toujours occupé une place particulière.

Ayant grandi entre deux pays le Maroc et la France, mon travail se situe dans le champ d’une œuvre poétique, marquée des souvenirs d’une enfance marocaine et de mon appropriation aujourd’hui de nouveaux territoires. Mon travail consiste en des cheminements, va-et-vient réels ou fictifs, entre ces deux pays où je ne cesse de réinventer à chaque voyage, mon propre espace de circulation. 
Lors des déambulations qui initient la plupart de mes projets artistiques et qui me permettent de poser des jalons sur ces territoires traversés, se pose en parallèle la nécessité de conserver une trace de ces explorations.

Les prélèvements photographiques, vidéos ou sonores, les objets trouvés, les notes que je prends lors de mes déplacements constituent un ensemble d’archives subjectives qui relate l’usage du lieu où je me trouve à un moment donné, sa fixation, sa révélation. Ce qui se joue dans ce recueil de morceaux choisis tient de l’existant autant que de l’invention d’un territoire poétique et fantasmé. Qu’il mêle différentes formes de représentation et d’écriture du réel, il est intrinsèquement lié au temps d’un vécu qu’il reconstruit et réexamine. Les objets collectés sont autant d’histoires qui racontent ces lieux, leurs particularités, et qui indiquent ici et maintenant le passage révolu du vivant sans témoigner de ce qu’il s’est réellement passé, et ainsi laisser place aux hypothèses, aux suppositions que convoque l’imaginaire de chacun. Ils deviennent des histoires qui me racontent. Ils sont la manière dont mes pas se mêlent à ceux des vivants qui me précédèrent, et les traces qu’ils ont laissées sont comme des rappels à ma mémoire de les agencer, de les relier, de les mettre à l’épreuve d’une relecture à la lumière des souvenirs qui sont les miens.

Au cours d’une résidence au Maroc en 2014, je me suis intéressée aux objets entrant en considération pour l'accomplissement de protocoles ritualistiques liés à des croyances et des superstitions. Enfant, il m’est arrivé d’assister à des rituels superstitieux sans pouvoir donner un sens à ce que je voyais, sans maîtriser les codes et les subtilités de ces pratiques. J’en gardais le souvenir d’un univers énigmatique où s’enchevêtraient l’ordinaire et l’invisible. 

Au travers de mises en scène d’éléments emblématiques utilisés lors de ces rituels qui sont présentés dans la série photographique Présences telles des natures mortes, j’ai souhaité faire référence à cet univers mystérieux encore très présent dans le quotidien de nombreux Marocains, et à la difficulté de percer à jour ces usages."

Leila Sadel
 

 

Le Cube à la YIA #7 (Paris)

Abdessamad El Montassir

20.10. - 23.10.2016

 
 
 
 
 
 
 


La YIA - Young International Artists - est une foire internationale d’art contemporain dont le mandat est de mettre en avant la jeune création contemporaine.
Dans le cadre de sa participation à cette 7ème édition de la YIA, dont Mounir Fatmi est le parrain, Le Cube présentera le travail «Résistance» d’Abdessamad El Montassir, projet en parti développé par l’artiste lors de sa résidence summer’s lab 2016 au Cube.

Pour plus d’informations : http://yia-artfair.com/

_______

Du 20 au 23 octobre 2016
Le Carreau Du Temple
4, Rue Eugene Spuller
75003 Paris (France)

 

Wiame Haddad

Wiame Haddad

13.10. - 11.11.2016

© Wiame Haddad
© Wiame Haddad
 
Vernissage le 13 octobre à partir de 18h30
Exposition du 14 octobre au 11 novembre 2016

Vendredi 11 novembre à 17.30h : 
rencontre avec Wiame Haddad, Driss Bouissef Rekab (« A l’ombre de la Lalla Chafia ») et Ahmed Merzouki (« Cellule 10 »), modération : Maud Houssais (historienne d’art, chercheuse)
Dans le cadres de la Nuit des Galeries à Rabat, Le CUbe sera ouvert jusqu'à 23h.
 
Suite aux deux coups d’Etat perpétrés contre le roi Hassan II en 1971 et en 1972, le Maroc subit une grande répression connue sous l’appellation des années de Plombs. Durant cette période, des milliers de citoyens furent envoyées dans les prisons marocaines et notamment à Tazmamart, le bagne secret de Hassan II, d’où plus de la moitié des détenus ne revinrent jamais. 
Pour «Ceux qui restent», Wiame Haddad a rencontré plusieurs anciens prisonniers politiques marocains afin de développer une relation avec chacune de leur histoire, de leur parcours politique et de leur terrible emprisonnement. 
Ce travail tend à mettre en équilibre la fragilité de la présence humaine et la cruauté de son absence forcée. Entre cicatrices et marques de torture enfouies, il s’agit de créer des cellules photographiques et vidéo opposant, confrontant ou simplement associant la posture de ces corps les uns aux autres. 
______
« Empreintes d’une alchimie que je souhaite subtile entre survie, espoir et résistance, les histoires que je tente de raconter se confrontent aux réalités sociales et politiques actuelles. Ma démarche artistique se construit au croisement d’une volonté politique et d’un souci esthétique. » Wiame Haddad

______
«Ceux qui restent» a reçu le soutien de Région Nord-Pas de Calais, Institut Français du Maroc, l’Atelier de l’Observatoire, le Cube. Coup de Coeur du Jury – Prix LE BAL de la Jeune Création avec l’ADAGP. 
En partenariat avec L’Atelier de l’Observatoire. 
 

Le Cube au festival Proyector (Madrid)

Zainab Andalibe and Randa Maroufi

05.10. - 09.10.2016


Le Cube est invité à présenter une sélection de vidéos à Madrid cet automne dans le cadre de la 9ème édition du festival Proyector. À cette occasion, nous projeterons le court-métrage « La Grande Safae » de Randa Maroufi ainsi que la vidéo «Récolte» de Zainab Andalibe.

Proyector est un festival annuel qui met en valeur la création vidéo à travers une programmation composée de projections, d’installations, de performances, de conférences et d’ateliers.

Pour plus d’informations : http://www.proyector.info/

 

video night #10

Said Rais

29.09. - 29.09.2016

 
 

 
Jeudi 29 septembre à 19h

Au cours de cette soirée, Said Rais présentera une sélection de vidéos réalisées par l’artiste ces cinq dernières années.
 
Said Rais est un artiste diplômé de l’Institut National des Beaux Arts de Tétouan. Ses oeuvres conceptuelles reposent sur des techniques mixtes: la vidéo, la création sonore, mais aussi l’installation interactive, la performance, la photographie et le dessin. Son travail explore la relation entre l’art et la technologie, et questionne les enjeux sociétaux et écologiques. Il s’intéresse particulièrement à
« l’intervalle qui articule le flux des évènements quotidiens dans un monde d’équilibre permanent ».

 

Une soirée avec... Younes Atbane

Youness Atbane

20.09. - 20.09.2016

 
 
 
 
 
 

 
Mardi 20 septembre 2016 à 19h

Youness Atbane vit et travaille entre Berlin et Casablanca. Sa pratique artistique est centrée sur un rapport critique et burlesque au champ de l’art, à ses acteurs et à sa géopolitique. 
Au cours de cette soirée, Youness Atbane présentera son travail. Cette rencontre sera également l’occasion pour le public d’échanger avec l’artiste sur ses recherches.

 

open studio - summer's lab 2016

Abdessamad El Montassir

08.09. - 30.09.2016

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 Vernissage - open studio le jeudi 8 septembre à partir de 18h30
 Travail visible du 9 au 30 septembre 2016


À l'occasion de la résidence de recherche et d'expérimentation Summer's lab 2016, l'artiste Abdessamad El Montassir prolonge son projet "Résistance".

Nourri de plusieurs recherches et travaux, le projet « Résistance » d’Abdessamad El Montassir est un processus de travail qui ouvre des espaces de négociation sur des questions liées au territoire et aux notions de résistances politiques, culturelles et sociales.
Originaire de Boujdour, au sud du Maroc, Abdessamad El Montassir analyse et utilise comme point de départ à son travail la zone géographique où il a grandi. Son écriture plastique est donc pétrie à la fois de la fragilité des souvenirs, mais aussi des faits très concrets de la vie.
Sans jamais donner de repère temporel précis, sans jamais chercher à figer un récit unique, le travail d’Abdessamad El Montassir reste ouvert aux réinterprétions, permettant ainsi l’émergence en continue de nouvelles questions.

 

summer's lab 2016

Abdessamad El Montassir

08.08. - 09.09.2016

 
 
 
 

Résidence du 8 août au 9 septembre
Soirée Open Studio le 8 septembre à partir de 18h30


Pour ce summer's lab 2016, Le Cube a invité Abdessamad El Montassir qui continue son projet "Résistance Natuelle - Daghmous"

Au plaisir de vous retrouver le 8 septembre pour la présentation de ce riche projet.

 

Saout as a state of mind #3

Anna Raimondo, 
Elisabeth Zimmerman et 
Salima El Mandjra

27.05. - 27.05.2016

 
 
 
 
 
 

Soirée proposée par Saout Radio 
le vendredi 27 mai à 18h

En français et en anglais
 

“Saout as a state of mind” comme 

…un art audio qui explore et éclate les géographies telles qu'on les connaît… 
…une philosophie de l’écoute qui s'enrichit des différences… 
…une interprétation du son et de la radio comme outil politique et esthétique capable de créer des connexions inattendues… 
…de la fluidité, contamination, des vibrations, voix, communautés d’auditeurs… 
…un espace-temps d’écoute…

En résonance avec le titre et l’approche de la revue grecque “South as a state of mind” qui donne forme au concept de Sud comme “état d’esprit” plutôt que comme une série de lieux fixés sur une carte, Saout Radio lance sa web-radio avec une programmation qui réfléchit, sous différentes formes et dans différentes géographies, pas seulement sur le concept de Sud, mais aussi sur ce que le mot “Saout” (à la fois “son” et “voix” en arabe) peut dégager. Dans un jeu d’assonance entre Sud et Son, Saout et South, de nouveaux horizons s’ouvrent pour être explorés avec le public, dans une dimension à la fois locale et globale. Après l’étape à Marrakech dans le cadre de la Serre, dans différents lieux à Bruxelles et en streaming sur Radio Panik, Saout Radio se présente à Rabat sous invitation du Cube avec “Saout as a state of mind #3”.
Dans ce cadre, Saout Radio invite la curatrice et productrice d’art radiophonique Elisabeth Zimmermann et l’architecte Salima El Mandjra à une carte blanche pour réaliser une séance d’écoute collective. Lors de cette rencontre, les invitées choisiront une série de travaux de l’archive de la web-radio et les présenteront au public. Dans un mélange de langue, alternant à la fois anglais et français, et sous une lumière tamisée, le public sera invité à se focaliser sur la voix des invitées et à écouter les créations sonores choisies. L'écoute sera suivie d'un échange avec le public. 

 

Saout Radio est une plateforme et web-radio initiée par les artistes Younes Baba-Ali et Anna Raimondo au Maroc en 2012, aujourd’hui curatée par Anna Raimondo avec la complicité de Francesca Masoero à la production et Chloé Despax à la communication, avec le soutien de Openvizor et Studio Fatmi. Forme d’archive vivante rassemblant plus de 100 artistes invités et diffusés, la web-radio de Saout Radio se présente ainsi comme une vitrine sonore, ainsi qu’un espace de réflexion, production et diffusion d’art audio dans différents contextes et géographies, avec une approche post-colonialiste."

_____

Elisabeth Zimmermann
est une manager culturelle résidant à Vienne. Après des études à l'International Center for Culture and Management (ICCM) à Salzburg, elle a été impliquée dans l'organisation, la programmation et le commissariat de projets artistiques radiophoniques, de symposia, de CDs, et de projets télématiques internationaux. Elle a coordonné de nombreuses présentations et lectures sur arts radiophoniques dans le cadre de festivals nationaux et internationaux. Depuis 1998, elle produit le programme artistique hebdomadaire de Kunstradio - Radiokunst (http://kunstradio.at) sur la chaine culturelle de la ORF (radio nationale autrichienne). Elle est également la vice-présidente du EBU Ars Acustica group, dont elle a été la présidente de 2010 à 2014. En 1999, elle a fondé werks - une association artistique dédiée à la réalisation de projets à partir de médiums liés à la télécommunication, qui a édité le livre “Re-Inventing Radio – Aspects of Radio as Art” (eds. Heidi Grundmann, Elisabeth Zimmermann, et al, Revolver, Frankfurt am Main, 2008).


Salima S. El Mandjra
est une architecte-enseignante résidant à Rabat. Après un diplôme à l'École Spéciale d'Architecture de Paris, elle réalise un master en Architecture du Paysage et en Aménagement du Territoire (École Nationale d’Architecture Rabat, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II Rabat, Escola Tècnica Superior d’arquitectura Barcelone, Università degli studi « mediterranea »di Reggio Calabria). Ses recherches se centrent sur l’observation des mutations socioculturelles telles qu’elles peuvent être perçues à travers notamment les évolutions connues par les pratiques de l’espace urbain et les représentations sociales en matière de paysage urbain et de patrimoine au Maroc. Son travail intérroge par ailleurs des problématiques liées à la femme dans l'espace urbain et dans la société au Maroc.

 

curator's zone - Masnaâ Saghir, dans l'intimité

ismaël, Fakhri El Ghezal et Randa Maroufi, curated by Jeanne Mercier

17.05. - 24.06.2016

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Vernissage le mardi 17 mai à partir de 18h30
Exposition du 18 mai au 24 juin 2016
Rencontre avec ismaël le mercredi 18 mai à 18h30 - modération : Jeanne Mercier


Pour la 4ème édition de son curator's zone, Le Cube a invité la commissaire indépendante et co-fondatrice de la plateforme Afrique in Visu, Jeanne Mercier.

Dans une volonté  de prolonger les connexions artistiques existantes entre Rabat et Casablanca, Jeanne Mercier propose pour Le Cube une exposition en écho au festival Casaoui MASNAÂ, dont la 4° édition (9-16 mai 2016) met en regard la création contemporaine de deux villes, Casablanca et Tunis, à travers la présentation de projets d'artistes originaires des deux pays, dans les champs des arts visuels, du cinéma, de la musique et de la performance

Masnaâ Saghir (Mini Masnaâ en darija) est une collaboration hors les murs, hors la ville du festival, et exporte à Rabat un extrait détourné de sa programmation. Trois artistes sont invités à  présenter un travail qui explore, à différentes échelles, le rapport à l'intime. En jouant sur l'espace même du Cube - un ancien appartement transformé en centre d'art - cette exposition regroupe des propositions photographiques et vidéo de Fakhri El Ghezal, Randa Maroufi et ismaël.

_____

Jeanne Mercier est cofondatrice et rédactrice en chef d’Afrique in visu. Elle a réalisé en 2005 un mémoire sur « Les Rencontres Africaines de la Photographie » (LHIVIC-EHESS) et travaille sur les nouvelles pratiques et formes de diffusion de la photographie en Afrique du Nord et de l’Ouest. Aujourd’hui, elle partage son temps entre Afrique in visu et des activités de conseil en programmation culturelle autour des pratiques photographiques contemporaines et des enjeux du métier de photographe en Afrique. Actuellement, elle écrit pour différentes revues artistiques et photographiques,  L’Oeil de la Photographie et Diptyk. En 2015, elle a été la commissaire des Rencontres Internationales de la Photographie de Fès. En juin/ juillet 2016, elle est invitée par la Ville de Lisbonne et Africa.Cont/CML. en résidence de recherche curatoriale.

_____

« Masnaâ » est un festival annuel fondé et dirigé par David Ruffel. 
Ismaël est le co-commissaire invité de l'édition 2016 qui se tiendra à Casablanca du 9 au 16 mai. 
Pour plus d'informations sur le festival et sa programmation, rendez-vous ici : http://www.lecoledelitterature.org/ 

 

POPPOSITIONS

Katrin Ströbel et Mohammed Laouli

21.04. - 24.04.2016

 
 
 
 
 
 

 à LaVallée
 Rue Adolphe Lavallée 39 - 1080 Molenbeek
 Belgique

Dans le cadre de sa participation à la 5ème édition de «POPPOSITIONS», Le Cube présente le projet «frontières fluides - fluid boundaries» de Mohamed Laouli et Katrin Ströbel.

Conçu comme une expérience avec le format de foire d'art, POPPOSITIONS est un ensemble de galeries et d'espaces d'art indépendants. Changeant son emplacement à Bruxelles pour chaque édition, POPPOSITIONS vise à occuper une position critique au cours de Art Brussels.

______

La participation du Cube à POPPOSITIONS est soutenue par le Goethe Institut de Rabat et le MOUSSEM - Nomadic Arts Center de Bruxelles

 

Résidence de création - Wiame Haddad

Wiame Haddad

01.03. - 20.03.2016

Wiame Haddad est en résidence de création afin de terminer son projet "Ceux qui restent" sur les anciens prisonniers politiques marocains.

La restitution de ce travail prendra place au Cube à l'automne prochain à travers une exposition de photographies et vidéo et un cycle de rencontres.

 

La SERRE du Cyber Park - Marrakech

24.02. - 29.02.2016

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A l'initiative de L'Atelier de l'Observatoire, du Cube, de Saout Radio, du 18, derb el ferrane et d'Afrique in visu, La SERRE s'installe au Cyber Park Arsat Moulay Abdeslam du 24 au 29 février 2016.


La SERRE est un espace éphémère ouvert et participatif de 150m2 qui a pour fonction d’accueillir et de favoriser la naissance et le développement de nouveaux projets, de nouvelles voix et idées, à l'abri des contraintes et des visions dominantes. Dans cette dynamique, elle invite le public, les artistes, les étudiants, les chercheurs, les opérateurs culturels, les scientifiques et tous les marrakchis, à investir collectivement cet espace partagé au sein même du Parc, et à y mener et suivre une programmation nourrie de rencontres, de projections, de séances d’écoute, de présentations de projets, d'ateliers, d'émissions radiophoniques et autres interventions artistiques.

La SERRE se compose d'une bibliothèque, d'un espace de rencontres et projections, d'ateliers, d’un studio photo, d'un point d’écoute pour les siestes sonores, d'une buvette avec wifi et de tapis pour pique-niquer.

Le programme complet de La SERRE est disponible ici: programme La SERRE.pdf
__________

Développé depuis 2014 à l’Atelier de l’Observatoire, la SERRE est un projet d’artiste de Mohamed Fariji.

 

young generation of art

Soukaina Joual

26.01. - 26.02.2016

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vernissage le 26 janvier à partir de 18h30
Exposition du 27 janvier au 26 février 2016

Faisant suite à une courte résidence de l’artiste au Cube, Soukaina Joual interroge, avec "حلال/ Halal", les images étranges, à la fois perturbantes et séduisantes qui émanent des abattoirs et des outils qui les meublent.
Dans l’ensemble de son oeuvre, Soukaina Joual est fortement inspirée par l’univers des boucheries et par les dispositifs visuels mis en place par ces commerçants afin d’attirer les passants.
Avec "حلال/ Halal", elle s’approprie et réactive ces figures afin de leur donner une portée nouvelle. Par ce geste, elle amène le spectateur à réfléchir à des problématiques liées au corps, à la violence, et à certains contextes politiques.

 
FE