lecube    independent art room    rabat - morocco
2017    2016    2015    2014    2013    2012    2011    2010    2009    2008    2007    2006    2005

L'exposition personnelle « Markib » dans le cadre du cycle «Visions plurielles à l’unisson» du Collectif 212

Younes Rahmoun

01.12. - 30.12.2005

 
 
 

Le Retour - des émigrés ayant quitté leur pays à cause des guerres, de la famine ou tout simplement pour améliorer leurs conditions matérielles de vie: un retour pour reconstruire. C'est le sujet de l'exposition individuelle de Younès Rahmoun dans le cycle d'expositions du Collectif 212 -  avec la barque et la lumière pour éléments visuels essentiels. Comme dans la plupart de ses derniers travaux, chiffres et formes apporteront aussi leur richesse symbolique. Palpables et impalpables, ce sont des éléments puisés dans sa propre culture et dans celles du monde. L'artiste cherche toujours à aboutir à des résultats visuels et conceptuels universels, accessibles à tout le monde, des œuvres qui parlent du contemporain et mènent à la méditation.

Basé à Tétouan où il est né, Younès Rahmoun explore dans ses installations les thèmes d’une mystique personnelle, aimant à brouiller les frontières entre rêve et réalité, songe éveillé confronté à la cruauté quotidienne. Attaché au monde de l'enfance n'appelant qu'amour et vérité, il dénonce l'innocence volée par l'irruption soudaine de la mort, blancheur symbolique du linceul gommant l'éclat de la vie sous le silence d'un rituel baigné d'une lueur venue d'ailleurs.

 

L'inspiration en partage, le Collectif 212

Jamila Lamrani, Imad Mansour, Myriam Mihindou, Hassan Echair, Amina Benbouchta, Safâa Erruas, Younès Rahmoun

16.11. - 29.11.2005

Derrière un seul indicatif, tout le foisonnement d'une création aux multiples visages et formes d'expression, réunis comme autant d'invitations à l'éveil d'un nouveau regard sur l’art contemporain au Maroc. Pour leur première exposition commune, les sept artistes à l'origine du Collectif 212 investissent "Le Cube", l'espace révélateur de talents.
Une initiative originale qui permettra ainsi d'apprécier les œuvres récentes de Jamila Lamrani, Imad Mansour, Myriam Mihindou, Hassan Echair, Amina Benbouchta, Safâa Erruas et Younès Rahmoun, accompagnées pour l'occasion d'une performance de la danseuse Christine Quoiraud. Toiles, installations, réalisations vidéo et autres découvertes, la saison mettra ensuite chaque mois, l'un des artistes à l'honneur jusqu'en juin 2006.

 

Far from heaven

Tom Platzer

27.04. - 13.05.2005

 
 
 
 
 
 

Très loin du paradis sont les SDF viennois que le photographe autrichien Tom Platzer a interviewés et pris en photo. Des personnages en marge de la société. Marqués par le destin, sans travail, alcooliques, sans amis. Avec des histoires qui, au début, diffèrent à peine des nôtres. Mais sortis de leur « vie normale » par un accident, un coup du destin. Ignorés par la société, marginalisés.  Sans existence.
Pendant deux ans, le photographe Tom Platzer a approché avec beaucoup de sensibilité des SDF viennois et écouté  leur  lot d’histoires et leurs rêves. Ses « modèles : des hommes et des femmes qui vivent dans la rue,  très loin de la société moderne pour laquelle seuls le succès et la productivité comptent. Il les a arrachés à leur quotidien monotone, mis en confiance et photographiés dans son studio. Il en est sorti une multitude de portraits d’une grande expressivité, des momentanés, des séquences, dont certains non dépourvus d’humour.

« Le cliché qu’il est plus facile de vivre en Europe parce que le niveau de vie est plus élevé est largement répandu. En vérité, il existe une soi- disante nouvelle pauvreté et beaucoup de familles autrichiennes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le taux de chômage est plus élevé que jamais et les conséquences n’en sont pas encore  prévisibles. La perte du travail est souvent le début du déclin social avec tout  ce qui s’en suit, comme l’alcoolisme, la drogue  etc. » (Tom Platzer)

 
FE